Bribri VS Le duo : Matraque\Marteau

-Par : Rym Chaabani –

« Bonjour La Tunisie ! Je ne sais pas si je dois rire, me mettre en colère ou me sentir opprimée. Je ne sais pas exactement comment réagir face à une affaire dans laquelle j’ai été condamnée à la prison, malgré l’invalidité de toutes ses procédures. Merci La Tunisie pour m’avoir abandonnée à plusieurs reprises mais ce n’est pas grave, la déception est devenue mon quotidien. Je le redis, la déception attise la persistance et moi je suis persistante»

Ce sont les propos de Myriam Bribri juste après sa condamnation à 4 mois de prison avec une amende de 500 dt.

En effet, il s’agit d’une affaire qui a commencé en Octobre 2020 lorsque l’activiste concernée a publié sur Facebook une vidéo filmant une agression exercée de la part d’un agent de police contre un jeune citoyen.

En partageant la séquence, comme plusieurs internautes l’ont fait, Myriam BRIBRI a exprimé sa colère à l’égard de cet abus de pouvoir et de ces dépassements.

Entre-temps et tout au long d’une année, elle a souffert de harcèlement policier et de différentes campagnes policières de diffamation et d’incitation qui compromettent sa sécurité.

Impunité-Injustice :

Jusqu’à quand ?

Cette décision judiciaire a provoqué la surprise et le  mécontentement de nombreuses personnes, et a également soulevé une fois de plus la question de l’impunité et des conflits avec les syndicats des forces de sécurité.

La compagne  Hassebhom a appelé toutes les organisations et les personnes engagées a être à l’heure et de lutter contre  cette décision contenant des indicateurs aussi dangereux qu’alarmants.

D’autre part, plusieurs entités politiques comme l’Union Communiste des Jeunes Tunisiens, Organisation Nationale de la Jeunesse Démocratique Révolutionnaire et le Parti National-Socialiste Démocratique ont exprimé à travers des communiqués leur solidarité absolue avec la militante Bribri contre la violation de la liberté d’expression.

De sa part, le mouvement Manish Msamah a aussi dénoncé ce qui s’est passé.

Myriam Bribri en tant que journaliste engagée, activiste sociale toujours fidèle aux martyrs et amie des blessés de la révolution et militante politique indépendante, étudiante en droit et propriétaire d’un projet d’industrie textile ; représente plus qu’une génération rêvant d’une dignité nationale et défendant la révolution et ses revendications. Et c’est probablement pour cette raison que son procès ressemble selon beaucoup à une punition collective aux jeunes résistants et révolutionnaires qui n’ont pas baissé les bras malgré la marginalisation, l’exclusion et l’oppression.

Myriam Bribri lors d’un rassemblement appelant à divulguer la vérité de l’assassinat des martyrs de la révolution )

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here