Ethiopie: Le drame continue…

le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) , a déclaré que Plus de 101 000 personnes ont été déplacées à la suite des violences dans l’État régional de Gumuz en Éthiopie depuis l’été 2020.

avec le conflit dans le Tigré et les violences intercommunautaires meurtrières, L’Éthiopie connaît l’un des moments les plus compliqués de son histoire.

le groupe fédéral éthiopien de défense des droits à indiqué dans son rapport que des violences intercommunautaires meurtrières ont été enregistré à Metekel, tuant des centaines de victimes durant ces dernières années. la zone a été témoin d’attaques meurtrières similaires fin décembre, qui ont coûté la vie à au moins 207 civils.

dans la région de Benishangul-Gumuz le directeur de la recherche et du plaidoyer à Amnesty International a déclaré en réaction à l’homicide d’au moins 100 personnes par des assaillants armés:

” Cette attaque brutale contre des habitant·e·s amhara, oromo et shinasha de villages de la région de Benishangul-Gumuz souligne qu’il est urgent que le gouvernement éthiopien agisse pour mettre fin aux violences contre les minorités ethniques.”

Au moins 100 morts ont été dénombrées jusqu’à présent. Alors que des dizaines de personnes sont toujours portées disparues et que des maisons brûlent encore, le bilan risque de s’alourdir et une enquête doit être menée de toute urgence sur cette effroyable attaque. Les responsables présumés doivent être traduits en justice et les autorités éthiopiennes doivent établir sans ambiguïté que ce genre de violence ne saurait être toléré.

 En septembre, des personnes armées ont mené de nombreuses attaques contre des habitant·e·s amhara et agew de la région de Benishangul, faisant 45 morts et déplaçant des milliers de personnes. L’attaque d’aujourd’hui survient moins de 24 heures après que le Premier ministre éthiopien ait discuté des mesures de sécurité et de réconciliation dans la région de Benishangul-Gumuz, mesures qui se trouvent compromises par ce massacre.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed se trouvait à Metekel le 22 décembre pour discuter avec des responsables régionaux de la manière de résoudre les violences répétées ciblant les minorités ethniques dans la région, qui sont perçues comme des « colons » par des membres de la communauté gumuz